Le BPM 600 - Berlin (Allemagne)
lundi 2 octobre 2000


Le bureau postal militaire 600 fonctionna à BERLIN (Allemagne) du 3 septembre 1945 au 30 septembre 1994 afin de desservir les différentes unités françaises basées dans la capitale allemande :

 

 


 46° Régiment d’infanterie,
 11ème Régiment de chasseurs (11ème Groupe d’automitrailleuses, de 1948 à 1955, puis 11ème Régiment de chasseurs à cheval, de 1955 à 1963),
 Détachement de l’armée de l’air puis Base aérienne 165 de Berlin-Tegel (à partir de 1964),
 Groupement de soutien de Berlin (Groupement des services entre 1968 et 1991)
 Détachement de la Gendarmerie nationale

 

Suite à la réunification allemande en octobre 1990, le secteur français de Berlin a disparu. Le dispositif français maintenu sur place, appelé Forces françaises stationnées à Berlin (FFSB), a quitté la ville en septembre 1994.

 

Le bureau postal militaire 600 utilisa, avant le 1er mai 1990, date de la réforme des B.P.M., différents modèles de timbres à date avec mention « POSTE AUX ARMEES » et une étoile au bas de la couronne. Ce timbre à date était apposé sur la grande majorité du courrier.

 

bpm600 2

 

Un timbre à date « POSTE AUX ARMEES 600 » était réservé aux documents de service (récépissés de recommandé ou de mandat, colliers de sacs postaux, bordereaux de dépêches, ...).

 

bpm600 1Le B.P.M. 600 utilisa différentes machines à oblitérer : machine allemande KLUSSENDORF avec cachet à pont (années 1950/70) puis machine SECAP, avec lignes ondulées ou flammes temporaires (illustrées ou non).

 

bpm600 3

 

Une quinzaine de flammes temporaires ont été mises en service entre 1955 et 1990.

 

bpm600 5Il fut également doté d’une machine à affranchir de guichet SATAS (numéro S4 96029), puis SATAS SEG (numéro S1 96029), avec couronne « POSTE AUX ARMEES ». Il possédait encore différents cachets et marques accessoires (griffes linéaires avec ou sans numéro de poste comptable, puce, ...).

 

A partir du 1er mai 1990, le B.P.M. 600 utilisa des timbres à date, une oblitération mécanique SECAP et une machine à affranchir SATAS SEG (numéro S1 96029) avec couronne « BUREAU POSTAL MILITAIRE 600 ».

 

Le B.P.M. 600 était le bureau de rattachement de quelques machines à affranchir. Il possédait un central télégraphique.

 

bpm600 4Près d’une vingtaine de timbres à date commémoratifs ont été utilisés par le B.P.M. entre 1983 et 1994. Un bureau temporaire eu lieu le jour de la dissolution du bureau. Le courrier en provenance et à destination du B.P.M. 600 de Berlin transitait par le Bureau Frontière H d’Offenbourg et était acheminé par le train militaire français de Berlin (TFMB), qui reliait Berlin à Strasbourg trois fois par semaine. Ce bureau échangeait également une dépêche journalière avec Paris par voie aérienne.